Splendeurs et grosses loses de l'écriture

Finir un chapitre

Quand je finis un chapitre, le creux succède rapidement à la plénitude. Comprendre que j'en reste comme deux ronds de flan. C'est peut-être tributaire de ma tendance globale à l'insatisfaction, mais je me sens désoeuvrée et curieusement étonnée lorsque j'achève mon morceau d'histoire. Et ceci, peu importe à quel point l'écriture dudit morceau m'a gonflée.… Lire la suite Finir un chapitre

Splendeurs et grosses loses de l'écriture

Melting Waltz

Korzeniowski est le merveilleux compositeur de Penny Dreadful, dont j'ai écouté la BO en rédigeant les trois premiers chapitres. C'est Clara, ma meilleure amie, qui me l'a fait découvrir. Valser dessus, se prendre pour Dorian Gray et se demander à quoi on ressemblerait tous avec des redingotes. Bien pratique pour évoquer un vieux Londres inquiétant, puisque… Lire la suite Melting Waltz

Splendeurs et grosses loses de l'écriture

5 loses ordinaires du jeune auteur

Multiplier les TOC Être incapable d'écrire sans LA bande-son appropriée, qui vous donnera l'impression que le compositeur, même défunt, vous connaît mieux que votre mère et va sauver votre chapitre. Prévoir une tenue douillette spécial-écriture. Vous sentir dramatiquement inapte à la création si quelque chose d'inattendu survient, comme une pénurie de tisane à la verveine.… Lire la suite 5 loses ordinaires du jeune auteur

Cirri·Nouvelles

[Nouvelle] Retranscription du discours d’un Pillywiggin femelle

Fée : Grondefusant l’essaim au lustre diapré, c’est nous, oui, les premiers rayons du soleil, rien de plus exquis, oui ! Faire vrombir ses ailes il faut pour en chasser les gouttelettes, et scintille le bouquet de nos nervations, tout propre. Un, deux, trois, dix-sept et soixante-quatorze, c’est entre les pétales de la marjolaine matinale… Lire la suite [Nouvelle] Retranscription du discours d’un Pillywiggin femelle